Les risques pour la santé liés à la poussière et la vapeur

La poussière et la fumée aériennes sont largement répandues au sein de nombreux secteurs industriels et milieux professionnels. Alors que ces substances sont bien souvent dangereuses pour la santé de l'homme, voire bon nombre d'entre elles cancérigènes, la sensibilisation à ce problème reste limitée. Fort heureusement, le sujet commence à faire l'objet d'une plus grande attention et des équipements d'évacuation des fumées adéquats ainsi que des procédures de contrôle peuvent améliorer considérablement les conditions de travail.

Où risque-t-on d'être exposé à de la poussière et de la fumée dangereuses ?

Quasiment tout environnement professionnel génère de la poussière et de la fumée. Les conséquences de l'exposition varient mais l'exposition est en soi invariablement néfaste. Quelques exemples d'environnements où une exposition à la poussière et à la fumée peut survenir :

Quels sont les effets sur la santé de l'exposition à la poussière et à la fumée ?

Cela dépend du type et du degré d'exposition. Les employés de boulangerie industrielle, les pulvérisateurs de peinture et les personnes inhalant les fumées de soudure issues de l'industrie électronique constituent des exemples de travailleurs sujets à l'asthme professionnel, tout comme ceux inhalant les fluides de travail des métaux aériens pendant la commande de machines CNC. L'alvéolite professionnelle est un risque connu dans l'industrie alimentaire et les individus travaillant en contact avec de la poussière minérale risquent de contracter différents formes de pneumoconioses (par ex. l'asbestose de l'amiante, la silicose de la silice). Les soudeurs peuvent souffrir du cancer des poumons et d'une bronchopneumopathie chronique obstructive, tous deux causés par des substances que l'on trouve dans les fumées de soudure, telles que le nickel et le chrome.

La combinaison d'une réglementation plus stricte et d'une reclassification des substances est un développement qui se poursuivra très probablement

Autrefois, de nombreux cas d'asbestose, de silicose et de cancer des poumons résultaient d'un grand manque de connaissances sur la poussière et la fumée ainsi que des mauvaises méthodes de travail de l'époque. Ce qui autrefois était considéré comme tout à fait acceptable est aujourd'hui interdit - une évolution qui se poursuivra probablement avec, à l'avenir, une réglementation de plus en plus stricte en matière d'exposition à la poussière et la fumée. Les substances et processus considérés jadis comme étant non cancérigènes ont depuis été reclassifiés comme étant cancérigènes. La récente reclassification du Health and Safety Executive (HSE) du Royaume-Uni de la fumée issue de la soudure de l'acier doux est le signe d'un processus de réévaluation majeure de ces substances et des dangers qu'elles présentent, et ce même à petite dose.

La législation à venir diminuera probablement encore plus les limites d'exposition à la poussière et à la fumée

Compte tenu de l'élargissement progressif des connaissances sur les substances et leur impact sur la santé, on peut s'attendre à un renforcement graduel des limites d'exposition. Prenez l'exemple du manganèse, une substance que l'on trouve dans la fumée de soudure. Le manganèse est capable d'endommager le système nerveux et une exposition élevée répétée peut même causer une maladie appelée le « manganisme » accompagnée de symptômes similaires à la maladie de Parkinson. À l'heure actuelle, la limite d'exposition maximale au poste de travail pour le manganèse est de 0,5 milligrammes par m3 (sur une moyenne pondérée de huit heures). Néanmoins, l'Union européenne a proposé de réduire la limite d'exposition à 0,2 milligrammes par m3. De même, une norme spécifique additionnelle sera élaboré pour les particules respirables : 0,05 milligrammes par m3.

Cinq manières d'évaluer l'exposition à la poussière et aux fumées sur le lieu de travail

L'évaluation de la hiérarchie de contrôle est un excellent premier pas pour établir la façon dont une entreprise peut s'efforcer de réduire l'exposition à la poussière et à la fumée. Ci-dessous une liste des facteurs à prendre en compte :

  1. Élimination : Le danger peut-il être éliminé ?
  2. Substitution : Le danger peut-il être remplacé par une substance moins nocive ?
  3. Contrôles d'ingénierie : Bien que les dangers ne soient pas éliminés, ils entrent moins en contact avec l'opérateur en processus.
  4. Contrôles administratifs : Des procédures nouvelles / différentes peuvent-elles réduire le contact des travailleurs avec les substances dangereuses ?
  5. Équipement de protection individuelle : Une mesure qui mérite d'être prise en compte, même si elle n'est pas particulièrement efficace.

Comment Nederman travaille-t-il avec les systèmes d'évacuation de la poussière et des fumées ?

Afin de limiter l'exposition des opérateurs à la poussière et à la fumée aériennes nocives, de nombreuses solutions d'évacuation Nederman sont conçues pour capturer le plus de contaminants possible directement à la source. Comme les solutions de filtration, elle sont conçues de manière à maximiser la rétention des contaminants et à minimiser les émissions. La ventilation d'extraction locale est une solution courante et facilement applicable, qu'il s'agisse d'une extraction à haute pression sur outil ou sur torche, d'un bras d'extraction, d'un banc à courant d'air descendant, d'une cabine ou d'une enceinte. Il existe également des solutions secondaires de nettoyage de la pièce pouvant être utilisées en vue d'éliminer les émissions dites diffuses. Le poste de travail présentent des variables, telles que les courants verticaux provenant de portes ouvertes et fermées, et quelle que soit l'efficacité de la solution de capture à la source, certaines émissions diffuses peuvent malgré tout contourner la capture à la source. 

Pour toute question relative à l'évacuation de la poussière et de la fumée sur le poste de travail, n'hésitez pas à nous contacter marketing@nederman.fr. Vous trouverez d'autres articles sur l'évacuation de la poussière et de la fumée, le nettoyage industriel, la poussière combustible, etc. dans la bibliothèque technique de Nederman.